TechTrends by JJ

Marketing – Digital – Strategy

Facebook: ces 6 nouveautés qui influenceront les 10 prochaines années
Français, Stratégie

Facebook: ces 6 nouveautés qui influenceront les 10 prochaines années

1

Le 27 Juin 2017, Facebook franchissait la barre des 2 milliards d’utilisateurs mensuels ; équivalente à 67% des personnes se connectant à Internet sur la planète. Cette performance est d’autant plus exceptionnelle quand on sait que le réseau social est censuré en Chine, le pays le plus peuplé de la planète. Il y a ainsi, plus d’utilisateurs de Facebook au monde que de locuteurs des langues les plus parlées au monde. Facebook a plus d’adhérents qu’aucune autre religion à travers le monde, excepté le christianisme (qu’il dépassera surement dans seulement quelques années).
Entre satisfaction face à l’immensité des possibilités que Facebook a permis dans nos vies et inquiétude quant à la place de plus en plus intrusive du réseau social, il est parfois difficile de se prononcer sur ce que sera la place du plus grand réseau social dans les prochaines années.

 

J’ai essayé à travers ces lignes de faire un tour d’horizon des changements majeurs qu’a subis le réseau social ces dernières années et surtout  d’analyser comment tout ceci  façonnera notre futur proche.

1. Les réactions affineront le ciblage marketing

 

En 2016, Facebook introduit les réactions : ces émoticônes viennent compléter la célèbre mention « J’aime » que nous avions l’habitude de poser sur les publications sur le réseau social pour marquer notre préférence pour un contenu particulier. Or, pour des personnes n’ayant pas « aimé » un contenu, il était impossible de savoir réellement ce qu’ils pensent de celui-ci. Désormais, l’on peut «adorer » un contenu, en rire, s’exclamer, être triste ou encore en colère à la vue d’une vidéo, d’un texte, d’une image ou même d’un commentaire. Par exemple, une publication triste (annonce d’un décès, publicité désagréable, etc..) ne recevra pas de mention « J’aime » mais plutôt la mention « Triste » ou « Grr ».

L’ensemble de nos émotions peuvent ainsi être exprimées.

Si ce changement nous permet de mieux interagir avec nos communautés et de nous rapprocher de plus en plus, Facebook marque  un grand coup en parvenant ainsi à monétiser nos émotions. En effet, plus de 90% du revenu de la firme provient de la publicité des annonceurs, qui est très ciblée, grâce aux données collectées par le réseau social. Les réactions permettent à Facebook de dire avec une grande précision à un annonceur quel type de contenu est par exemple “détesté” par telle ou telle cible. Ce détail permet forcément d’affiner des campagnes marketing, d’éviter de heurter la sensibilité d’un tel autre groupe.  En plus, avec la possibilité de réagir de façon similaire avec les commentaires, Facebook peut facilement informer ses annonceurs sur les tendances idéologiques (politiques, religieuses, …) d’un individu en particulier. Pour les prochaines années, il faut s’attendre ainsi à des contenus publicitaires encore plus ciblés. Nous verrons des contenus que nous sommes susceptibles d’apprécier et nous poussant de plus en plus à l’action  (achat par exemple). Ce qu’il faut toutefois craindre encore plus, c’est le fait qu’on puisse manipuler nos opinions, nos idéologies, avec nos émotions ainsi exprimées.

2. Internet pour tous, un projet ambitieux

S’il y a bien une limite à l’expansion du nombre d’utilisateurs de Facebook, c’est bien l’accès à Internet. Facebook a compris cela et s’est lancé depuis ces dernières années dans un projet ambitieux de mise en place d’une flotte de drones, dénommée Aquila,  fonctionnant à l’énergie solaire, capable de voyager pendant des mois et apportant de la connectivité dans des endroits sans accès à Internet. En mai 2017, Facebook réussissait le second test. Si ce projet se concrétise dans les prochaines années, nous aboutirons à un monde plus connecté, avec plus de données générées, donc à monétiser et ainsi plus de revenus pour des acteurs comme Facebook ou encore Google. L’enjeu est également plus sérieux pour les fournisseurs d’accès  Internet (FAI)  et les opérateurs de téléphonie mobile qui verraient ainsi l’entrée d’un concurrent sur ce segment de marché. Un monde où l’Internet serait à très moindre coût, voire gratuit? On verra!

3. La lutte contre le partage de fausses informations

 

Connecter des milliards de personnes sans se préoccuper de la véracité des informations partagées entre les utilisateurs. C’est en fait ce dont a été accusé Facebook au lendemain de l’élection du Président américain Donald Trump. La firme a en effet été accusée de n’avoir rien fait pour empêcher le partage par certains de ses utilisateurs de fausses informations (fake news) qui ont jeté du discrédit sur la candidate Hilary Clinton lors de la campagne présidentielle de 2016. Ces fausses informations auraient contribué à la défaite de la candidate. Depuis, Facebook prend des mesures destinées à réduire la propagation de ce type d’information sur sa plateforme. La dernière en date (de Juin 2017) stipule que le réseau social réduira la portée des publications des personnes faisant plus de 50 partages en une journée, ces personnes étant susceptibles de partager des fausses informations.  Facebook a ainsi modifié l’algorithme de son flux d’actualité dans ce sens. Des partenariats avec des entreprises tierces pour l’identification de ces « fake news » ont également été établis pour lutter contre le phénomène. Si l’initiative est salutaire et devrait nous permettre de mieux faire du tri dans le flot d’informations reçues sur Facebook, il faudrait toutefois craindre, pour les prochaines années,  des dérives pouvant nous façonner idéologiquement. Ces dérives pourraient se matérialiser par exemple par la censure d’informations jugées à tort comme étant fausses.

4. Les chatbots ou la relation-client ré-inventée

Dans un récent article de blog (à retrouver ici), je présentais les chatbots et leur potentiel pour la relation entre les marques et leurs clients. L’application Messenger de Facebook, avec ses 1,2 milliards d’utilisateurs permet aux entreprises de mettre en place des chatbots et de n’être ainsi, qu’à quelques clics de leurs clients ou prospects. Contrairement aux pages Facebook, les bots permettent aux marques d’engager une discussion plus personnalisée avec leur cible, sans paraître intrusifs. Pour les prochaines années, et si le projet d’Internet pour tous fonctionne parfaitement, l’on peut s’attendre à voir de façon très fréquente nos  marques préférées  dans nos messageries  instantanées Messenger ou Whatsapp. Archive image

5. La reconnaissance d’image et l’émergence de Facebook live, l’étape ultime vers le « real-time marketing »

Lors de sa conférence annuelle de 2016, Facebook indiquait travailler à la reconnaissance des contenus de nos images et vidéos. En clair, il serait possible pour le réseau social de distinguer notre chien ou encore l’objet sur la table dans les vidéos que nous postons. Aussi, depuis l’an passé, Facebook a emboîté le pas à Périscope de Twitter en proposant Facebook live. Comme conséquence, l’algorithme de Facebook accorde à présent plus de visibilité aux vidéos qu’aux simples publications textes. Ces deux innovations misent en commun aboutissent à une situation complètement exceptionnelle pour les prochaines années : la possibilité pour les marques de faire du marketing de leurs produits en temps réel.  Ainsi, si en marchant dans la rue, et qu’il me vient à l’esprit d’enregistrer une vidéo live sur Facebook et que j’ai subitement faim, Facebook sera capable d’informer certains de mes amis disponibles à proximité, puis me montrer du contenu publicitaire d’un restaurant que je pourrais visiter avec mes amis.

 

6. Facebook TV pour battre tous les records d’audience

Facebook a récemment annoncé sa volonté de produire ses propres émissions de télévision. Cela est normal, dans la mesure où les contenus vidéos sont de plus en plus consommés par ses utilisateurs et qu’il dispose d’une audience potentielle de 2 milliards de personnes. Bien que le projet soit encore à ses débuts, le fait de vouloir diffuser en direct quelques matchs de la ligue des champions de football 2018 pour le public américain constitue un véritable test pour ce projet. Pour les prochaines années, l’on peut s’attendre à voir émerger une génération d’utilisateurs du réseau social qui substitueront certains contenus de leur TV traditionnelle par des contenus TV générés par Facebook. Cela contribuera à augmenter le temps passé par jour sur le site. Les acteurs traditionnels de la TV auront matière à s’inquiéter.

Source: CNN Money

Facebook innove chaque année, à l’instar des grandes firmes de la Sillicon Valley comme Google ou Apple. Plusieurs innovations, comme la réalité virtuelle à partir des caméras de nos Smartphones, ou encore les transferts d’argent via Messenger n’ont bien sûr pas été mentionnées dans ce post, mais révolutionneront également notre futur.

En résumé, Facebook, en identifiant notre besoin humain de nous connecter aux personnes que nous aimons, a répondu à ce besoin au prix de nos données personnelles. Celles-ci ne nous appartiennent plus à présent et constituent une immense manne financière pour le réseau social, qui en veut toujours plus. Son modèle économique répond bien à la maxime marketing qui stipule que lorsque nous avons le sentiment que le service est gratuit, alors nous sommes le produit.

Vous voulez discuter d’une autre innovation de Facebook et de son impact pour les prochaines années? Engagez la discussion en commentaire.

N’oubliez pas de jeter un coup d’œil au bas de cet article et vous abonner par mail, sur Facebook ou Twitter. Partagez l’article, s’il vous a plu 😉 

ET

si parler de tout ceci vous passionne,  devenez contributeur à ce blog en cliquant ici

 

1

Comments

comments

1
Written by Jean Jacques Abe in 05/07/2017 / 211 Views

No Comment

Please Post Your Comments & Reviews

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.