TechTrends by JJ

Marketing – Digital – Strategy

Ne créez pas une entreprise, créez un mouvement: ce qui fait les grandes marques
Français, Mandela Washington Fellowship

Ne créez pas une entreprise, créez un mouvement: ce qui fait les grandes marques

Cette série d’articles vise à partager mon expérience vécue tout au long du Mandela Washington Fellowship 2018.

Nous voilà au 2nd article de cette série sur mon expérience du Mandela Washington Fellowship (MWF). Si vous avez manqué le premier article, c’est par ici. Pour en savoir plus sur le MWF, il suffit de cliquer par ici

Week Overview

Comme chaque semaine, la 3e semaine du fellowship était constituée de visites d’entreprises, de cours académiques et d’activités de volontariat.

Visites d’entreprises

La chaîne cablée CNN et le Carter Center ont été les 2 entités visitées.

  • CNN : la chaîne d’information CNN fait partie des médias les plus suivis au monde avec ses principaux studios à Atlanta et Londres. Cette visite m’a permis de me faire une idée du processus par lequel l’information est traitée avant d’être publiée. Mais au-delà de cela, ma plus grande leçon a été de voir la manière dont elle monétise sa marque. Je vous explique en détails dans la 2nde partie de l’article.
  • Carter Center : Le centre Carter est une sorte de musée retraçant toute l’histoire de Jimmy Carter, ex-président américain, natif d’Atlanta. C’est une grosse archive incluant des milliers d’images, de vidéos et de documents originaux.

Cours académiques

  • Stratégie marketing: ces cours se sont essentiellement basés sur des cas d’entreprises prises sur le volet tels que Coca Cola et quelles ont été leurs stratégies pour bâtir des empires mondiaux. Ce cours a été également un moment de réflexion sur ce que nous avons appelé « tragedy marketing » en ce sens qu’à force de vouloir rendre un produit attirant pour les consommateurs, le produit devient une addiction pour celui-ci. Les réseaux sociaux sont un parfait exemple de produits ayant tellement réussi qu’ils sont devenus addictifs et cela devient dangereux pour la société dans son ensemble.
  • Business Model et innovation : Ces séances ont été axées sur l’apprentissage de la Méthodologie Blue Ocean (océan bleu) qui peut être utile lorsqu’on est dans un environnement hautement concurrentiel et qu’on souhaite développer des activités/produits que la concurrence pourra difficilement reproduire. Le livre de référence de nos discussions en classe peut être trouvé en cliquant ici
  • Leadership : Dispensés par Dennis Kimbro l’auteur du livre à succès Think and Grow Rich, A black choice, les sessions de cette semaine avaient pour but de nous présenter des stratégies de leadership devant nous permettre de construire des entreprises durables dans un environnement compétitif.

    Activités de volontariat

    Chaque fin de semaine est dédiée à une activité de volontariat auprès d’une communauté. Cette semaine, il s’est agi d’aider l’Atlanta Community Food Bank à mettre en cartons la nourriture qu’ils reçoivent de donateurs. Ces cartons sont ensuite offerts à des familles dans le besoin

    Most Valuable Takeaway (MVT)

    Ne créez pas une entreprise, créez un mouvement ! Cette phrase a été répété plusieurs fois par l’un de nos professeurs pour matérialiser le fait qu’une entreprise devient un succès mondial lorsque les employés et les clients de cette entreprise adhèrent complètement à ses valeurs. Ceci est similaire à un mouvement, qu’il soit politique ou civique, le sentiment d’appartenance y est fort et l’on est capable de tout pour réaliser les missions qui sont dévolues aux membres du mouvement. En discutant avec notre hôte à CNN, j’ai vraiment pu comprendre comment cette assertion transparait à la fois chez les employés et les personnes extérieures interagissant avec l’entreprise

    • Chez Les employés : le sentiment d’appartenance transparait littéralement dans l’excellence au travail et le don de soi. En discutant avec mon hôte, j’ai pu voir avec quel enthousiaste il répondait aux questions dans le but visiblement de me faire adhérer au « mouvement CNN ». En le faisant, il contribue indirectement à augmenter la valeur psychologique que j’accorde à la marque. Inéluctablement, cela à un gros bénéfice financier et sera monétisé auprès des personnes extérieures interagissant avec l’entreprise.
    • Chez les personnes extérieures : En jouant sur la psychologie des personnes extérieures à la firme, celles-ci accordent une plus grande valeur monétaire à l’entreprise. Dans l’immense building qui sert de siège social à CNN, plusieurs dizaines de commerces sont autorisés à vendre leurs produits. Les loyers qu’ils paient pour occuper le bâtiment sont nettement supérieurs aux loyers pratiqués sur le marché. Tenir un commerce dans le bâtiment de CNN a indubitablement plus de valeur à leurs yeux qu’un simple commerce dans la ville. Aussi, du fait de la valeur que se font les gens sur la marque, ils ne trouvent aucune objection à acheter des articles à l’effigie de la marque. L’on retrouve ainsi dans le building des magasins dédiés à la vente de ces articles. Il existe bel et bien un marché pour ces articles. Le bon témoignage transmis par les employés touche le grand public qui est prêt à débourser de l’argent pour marquer également son attachement à la marque. Ainsi, le cycle vertueux se perpétue.

Il est difficile de savoir la part de ces différentes sources de revenus dans le chiffre d’affaire de CNN, mais ces exemples indiquent clairement comment l’on arrive à monétiser sa marque en touchant directement à des aspects liés aux émotions  de ces employés, puis de ces clients.

En définitive

Les clubs de football (Real Madrid FC,..) et autres marques à envergure mondiale l’ont si bien compris. La valeur d’une marque est un actif qui s’apprécie fortement grâce au sentiment d’appartenance de ces employés et de ces clients. Ce sentiment d’appartenance conduit les employés à être excellents dans leur travail et à être les ambassadeurs auprès des clients. Le client ravi, enchanté par la marque est prêt à payer le prix qu’il pense juste pour acquérir les produits et services de la marque. Ainsi, ce cercle vertueux est maintenu et nous permet de comprendre pourquoi un client est prêt à faire la queue pour être le premier à recevoir son Iphone. Evidemment, le côté sombre de ce sentiment d’appartenance, c’est le phénomène d’addiction à certains produits (réseaux sociaux par exemple). Il appartient aux professionnels du marketing de trouver un équilibre dans la façon de vendre leurs produits afin d’éviter ces situations extrêmes.

En tout état de cause, la prochaine fois que vous  déciderez de créer une entreprise, pensez plutôt à mettre sur pied un mouvement 🙂

RDV semaine prochaine pour le prochain article de la série

 

Comments

comments

Written by Jean Jacques Abe in 09/07/2018 / 228 Views

No Comment

Please Post Your Comments & Reviews

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.